Découvrez nos premiers cafés Bio : Pérou Lamas Bio et Colombie Supremo Bio.

Bénéficiez de la livraison gratuite dès 25€ d’achat sur la boutique en ligne.





Revenir aux articles

Colombie : À la découverte de notre nouveau café Bio

04/09/20

Déjà présente dans notre assortiment depuis longtemps, la Colombie fait une nouvelle apparition dans notre gamme avec l’arrivée d’un nouveau café, mais pas n’importe lequel !

Torrefactory enrichit son offre avec l’arrivée de ses deux premiers cafés Bio : le Pérou Lamas Bio et le Colombie Supremo Bio. Dans cet article, nous nous intéresserons à ce dernier, tout droit venu de la région de Medellin.

Ce nouveau café confirme notre engagement de fournir un  café de qualité et durable.

Nous vous emmenons à la découverte de l’histoire du café en Colombie, la façon dont on le cultive et surtout en quoi le Bio apporte de la valeur au café que vous dégustez.


Le café en Colombie

Ce n’est pas la première fois que nous vous présentons la Colombie chez Torrefactory. Notre café Colombie Supremo est déjà un grand classique de notre gamme.

Mais si nous avons choisi d’amener à nouveau la Colombie à vous, cette fois grâce au bio, ce n’est pas sans raison.

Pour comprendre pour quelle raison le Bio a toute son importance en Colombie, il faut se plonger dans l’histoire et l’environnement du pays.


L’histoire du café en Colombie

Probablement importé d’autres régions d’Amérique du Sud, le café est apparu en Colombie vers le milieu du 18ème siècle. Très vite, la culture du café se développe à travers le pays, en faisant un produit d’exportation intéressant pour l’économie Colombienne.

Dès le milieu du 19ème siècle, la demande explose aux États-Unis, en Allemagne ou encore en France. La majorité du café est alors produit par de grands groupes industriels.

Mais lors de la crise économique du début du 20ème siècle, le café est rapidement l’un des secteurs les plus touchés. Les grands groupes industriels tombent les uns après les autres, alors que les petites exploitations arrivent à survivre. En effet, les industriels s’étaient lourdement endettés pour augmenter leurs capacités de productions, tandis que les exploitations familiales utilisaient des méthodes moins coûteuses, ce qui leur permis de rester compétitifs durant cette crise économique.

Sacs de café de la Federacion Nacional de Cafeteros

À la sortie de la crise, il est devenu impératif de trouver un moyen de protéger les producteurs de café Colombiens. C’est ainsi qu’a été créée la Fédération Nationale des Producteurs de Café de Colombie. Cette Fédération a permis de mettre en place un impôt sur les sacs exportés, réinvestis à la protection des familles vivant du café en Colombie. 

Avec l’aide de la Fédération, les cafés produits en Colombie bénéficient désormais de l’appellation contrôlée “Café de Colombie”. 

Grâce aux actions de la Fédération et à des éléments extérieurs (gelées détruisant les récoltes au Brésil, guerres civiles en Amérique du Sud, …) la Colombie se retrouve de plus en plus compétitive, jusqu’à devenir 3ème pays producteur mondial. 


Le paysage caféier en Colombie

Le paysage Colombien est surtout dessiné par la Cordillère des Andes. Ce paysage montagneux garantit de hautes altitudes, idéales pour la culture de l’Arabica, mais surtout des températures constantes. En effet, les températures tournent généralement autour de 23°c, avec un taux d’humidité parfaitement adéquat pour la culture des caféiers.

Malheureusement en Colombie, les caféiers ont un ennemi de taille : la “Rouille des caféiers”. Causée par un champignon qui se répand très facilement grâce à ce climat chaud et humide, elle attaque les feuilles du caféier et peut avoir un impact conséquent sur la production, comme en 2008 et 2013, où elle avait fait chuter la production Colombienne.

Ce phénomène touche malheureusement la plupart des régions caféières Colombiennes.

Les régions caféicultrices sont réparties le long de la Cordillère des Andes, mais la plus emblématique est l’Eje Cafetero, surnommée “Triangle du café”. Cette région, qui chevauche 3 des 32 départements de Colombie, a été classée au Patrimoine Mondial de l’humanité.

Paysage de l’Eje Cafetero

Notre café Colombie Supremo Bio est quant à lui issu de la région de Medellin, dans le département d’Antioquia, au nord-ouest du pays. Cette région bénéficie d’un bon ensoleillement et d’une chaleur agréable.

Cette région est très proche géographiquement de l’Eje Cafetero. Notre café y est cultivé en haute altitude, à plus de 1300 mètres, sur un sol volcanique.


La culture Bio en Colombie

Durant longtemps, les pesticides chimiques étaient très courants en Colombie, principalement utilisés pour obtenir de meilleurs rendements ou pour lutter contre la “Rouille des caféiers”. 

La plupart des industriels favorisaient de grandes superficies exposées au soleil et vaporisées de pesticides, ce qui leur permettait d’obtenir des volumes conséquents. 

La culture de caféiers en Colombie

Depuis, la Colombie a engagé un virage vers le Bio, notamment à l’aide de la Fédération. Cette transition commence par un choix de terres plus ombragées, sous couvert forestier principalement. Grâce à cela, il est plus facile de maîtriser les variations de températures et d’humidité, luttant ainsi contre les champignons à l’origine de la “Rouille des caféiers”. 

L’utilisation d’un compost utilisant les déchets des récoltes précédentes (peau et pulpe des cerises de café, …) remis dans le sol des caféiers a aussi permis de supprimer les pesticides chimiques. 

Dans certaines régions, la conversion au Bio a surtout été une échappatoire à la culture de Coca. En effet, la culture de Coca est à l’origine de nombreux conflits sur le sol Colombien, en plus d’être une catastrophe écologique.

L’état Colombien a proposé aux paysans dont les terres étaient occupées par la culture de coca de détruire ces plants et de recevoir un crédit pour se lancer dans une nouvelle culture. Les paysans y ont alors planté des caféiers, leur garantissant plus de sécurité et un sol plus sain. 


Notre café Colombie Bio

Issu d’un Arabica de variété Supremo, notre café pousse à l’ombre des bananiers et guamos. Il est cultivé dans le plus grand respect de l’environnement dans lequel il évolue et reçoit une attention particulière tout au long de son traitement, de la récolte au conditionnement vers le torréfacteur. 


Le traitement de notre café Colombie Supremo Bio

Très spécifique à la Colombie, le caféier de variété Supremo fleurit deux fois par an. La première récolte a lieu de septembre à décembre, et une récolte secondaire prend place entre avril et juin. Cette récolte se fait manuellement, afin de pouvoir contrôler le degré de maturité des cerises (forme initiale du café sur l’arbre).

Cerises de café avant maturité

Les cerises sont ensuite transportées à l’endroit où elles vont être transformées jusqu’à donner les grains de café vert, prêts à partir chez le torréfacteur.

La première étape est de trier les cerises en les immergeant dans un grand volume d’eau. Les cerises non matures et les impuretés resteront à la surface tandis que celles à bonne maturité couleront au fond du bassin et seront aspirées vers l’étape suivante : le dépulpage. 

Ce dépulpage se fait mécaniquement et sert à débarrasser les grains de café de l’enveloppe qu’est la cerise. Le grain est alors libéré mais il reste une couche visqueuse appelée mucilage. Pour retirer ce mucilage, les grains sont fermentés dans de grands bassins d’eau puis rincés à grande eau. Les grains sont alors prêts à être séchés. L’ensemble de ces étapes constituent ce que l’on appelle la méthode par voie humide, ou café lavé.

Un dernier tri et un contrôle de la qualité par la Fédération ont lieu avant le conditionnement en sacs de jute, qui partiront chez les clients.

Sac de Jute contenant du café en provenance de Medellin

La torréfaction de notre café Colombie Supremo Bio

Une fois le café arrivé chez Torrefactory, Laurent se met en action. Il va torréfier notre Colombie Bio de façon artisanale.

Ce café Colombie Supremo Bio a un profil particulier, c’est pourquoi Laurent le torréfie d’une façon bien spécifique :

« C’est en le torréfiant légèrement moins fort que nos mélanges ou nos origines pures au profil naturellement intense que nous développons la délicate touche acidulée aux notes de fruit rouge. Nous parvenons à obtenir un bel équilibre gustatif tout en conservant la douceur emblématique des cafés Colombien. »

Laurent, co-fondateur et torréfacteur de Torrefactory


La dégustation de notre café Colombie Supremo Bio

En tasse, tous ces éléments résultent en un café parfaitement équilibré, avec une pointe d’acidité.

On y retrouve aussi des notes de fruits mûrs très agréables.

Nous recommandons ce café pour les amateurs de méthodes douces.

Les caractéristiques de notre café Colombie Supremo Bio

Envie de déguster ce café chez vous ?

Rendez-vous sur la boutique en ligne

Découvrir

Suivez Torrefactory sur Facebook et Instagram pour recevoir nos meilleurs articles dans votre timeline !

📷 | Photos d’illustration par Unsplash et Torrefactory

Sophie Sophie

Découvrir les derniers articles

Restez au courant !

Comment préparer un café infusé à froid (Cold Brew)

Lire plus

Colombie : À la découverte de notre nouveau café Bio

Lire plus

Comment préparer un café avec une machine à Espresso

Lire plus